Not taled to follow
Chantal Le Doux, Geleen (NL), 1977

Chantal Le Doux crée une délicate broderie composée de couleurs et de formes géométriques à l’aide de différents matériaux. Même si son travail évoque le tribalisme et l’artisanat, il n’est jamais dépourvu d’un sens contemporain.

Peintre de formation, l’artiste a d’une certaine manière oublié que les peintures classiques sont généralement réalisées sur toiles. Elle peint sur des murs et des lattes de bois, agrémentant le tout de tubes néons et de textiles. Son travail est une fusion de différentes formes, jouant avec l’ambiguïté du symbolisme, à travers lesquelles elle crée un langage singulier mais inconnu.

Ses peintures spatiales semblent conter les mille et une nuits, reflétant les ornements des tapis orientaux ou la lampe magique d’Aladin. Ces bribes reflètent les aspects mystérieux du jeu d’ombres indonésien, ne dévoilant qu’un visage, une silhouette et son apparence. En jouant avec la lumière et les ombres dans toutes leurs nuances et leurs formes, elle crée différentes ambiances avec toutes sortes d’histoires possibles, accessibles à tous, étant donné que beaucoup de choses peuvent se produire dans la dualité de l’obscurité...

À travers son travail, Chantal Le Doux explore le rôle de l’inconscient, confrontant le spectateur à sa propre version du test de Rorschach : il n’y a pas de «bonnes» ou de «mauvaises» réponses, ni une seule histoire à suivre. Une partie importante du travail artistique de Chantal Le Doux est sa réorganisation continue des différents composants, laissant les objets se décomposer pour simplement leur redonner un aspect, par la suite, dans un nouveau contexte. Son art et sa façon de raconter des histoires ne sont en définitive pas figés sur une image finale, mais ils restent soumis à un processus intuitif continu.

Commissaire & texte : Marie-Claire Krell

 

Chantal Le Doux creates a tender embroidery of colours and geometric shapes in different materials. While her work evokes connotations of tribalism as well as craftsmanship, it is never without a sense of the contemporary.

Trained as a painter, Le Doux somehow forgot that classical paintings usually comprise of canvases. She paints on walls and wooden slats, with neon tubes and textiles. Her work is a fusion of different shapes playing with the ambiguity of symbolism through which she creates an own yet unknown language.

Her spacial paintings seem to tell tales of a thousand and one nights, mirroring ornaments of Oriental carpets or Aladdins enchanted lamp. Snippets reflect the mysterious aspects of Indonesian shadowplay, only giving an indication of a face, a figure and its appearance. By playing with light and shadows in all its shades and forms, she sets different moods with all kinds of possible stories open to us, as miscellaneous things can happen in the duality of the dark...

Through her work Le Doux explores the role of the unconscious, confronting the viewer with her own set-up of a Rorschach test : There are no "correct" or "wrong" answers, not just one tale to follow. An important part of Le Doux' artistic work is her continuous rearrangement of the various components, allowing the objects to be broken down, only to give them an appearance again, later, in a new context. Her art and way of story-telling is not ultimately fixed in one final image, but sub- jected to an endless intuitive process.