VIS-À-VIS
Dimitri Vangrunderbeek, Bruxelles (BE), 1964
Ane Vester, Viborg (DK), 1963
Commissaire : Philippe Braem
Rue de la Cathédrale 48 (Rue Souverain Pont)

 

Dans Vis-à-vis, Ane Vester et Dimitri Vangrunderbeek entament pour la première fois un véritable dialogue avec leur travail. Les deux artistes, qui se connaissent depuis leurs études au Royal College of Art de Londres, s'inspirent du quotidien respectivement de la peinture (Vester) et de la sculpture et des installations (Vangrunderbeek). 

Vester souhaite « entrer en dialogue avec des choses qui ne sont pas de l'art, s'inspirer des objets (colorés) de son partenaire et peut-être aussi des couleurs présentes dans et à côté de la vitrine ». Elle permet aux « échos des couleurs du voisinage immédiat, à l'intérieur comme à l'extérieur, de se fondre avec les couleurs de ses archives ».

Le travail de Vangrunderbeek « découle d'un intérêt pour la spatialité et de l'analyse des qualités formelles des objets et des matériaux ». Ses actions sculpturales sont réalisées sur des objets ordinaires en utilisant des matériaux ordinaires. Cela conduit à des sculptures et des installations qui ont un fort impact spatial. Les deux sculptures présentées ici sont une traduction mise à l’échelle 1:1 de deux angles et de deux fragments de fenêtre de l'atelier de l'artiste. Pour cela, des plans de travail de cuisine avec un motif béton, bois et marbre noir ont été utilisés.

Au départ, les trous et les creux des sculptures proviennent des dimensions d'une série d'objets du quotidien incorporés dans les panneaux de bois. Vangrunderbeek a reçu ces objets en prêt d'un collègue artiste. Pour la présentation à Liège, il a collecté de nouveaux objets, certains similaires au projet précédent, d'autres choisis pour leurs caractéristiques de couleurs particulières, afin d'entrer en dialogue avec les peintures murales d'Ane Vester.

Philippe Braem et les artistes

 

ENGLISH

 

In Vis-à-vis, Ane Vester and Dimitri Vangrunderbeek initiate a true dialogue with their work for the first time. The two artists, who have known each other since their studies at London’s Royal College of Art, draw their inspiration from daily life, respectively from painting (Ane Vester) and from sculptures or installations (Dimitri Vangrunderbeek).

Ane Vester wishes to “enter into a dialogue with things that are not connected to art, to draw her inspiration from (colorful) objects of her partner and maybe also from the colors in and next to the window”. She enables “the echoes of colors of the immediate vicinity, inside or outside, to merge with the colors of her archives”.

Dimitri Vangrunderbeek’s work “results from an interest for spatiality and from the analysis of the formal attributes of the objects and materials. His sculptural actions are performed on ordinary objects by using ordinary materials. This leads to sculptures and installations that have a strong spatial impact. The two sculptures presented here are a 1:1 scale-up translation of two angles and two fragments of window from the artist’s studio. That is why kitchen counters with a concrete, wood and black marble motif were used.

At first, the holes and hollows of the sculptures come from the dimensions of daily life objects incorporated into wood panels. Dimitri Vangrunderbeek received these objects on loan from a colleague artist. For the presentation in Liege, he collected new items, some of which are similar to those of the previous project, others selected for their distinctive colors, to enter into a dialogue with Ane Vester’s wall paintings. 

Philippe Braem and the artists