FOUR BORTHERS IN WHITE, 2021
Emmanuel TAKU, Accra (GH), 1986
3 juin > 15 juillet 2021

CHINESE SPA – GOLDEN VERSION, 2019
Jacky TSAI, Shangai (CN), 1984
15 juillet > 31 août 2021 

Rue Saint-Paul 25

Commissaire : Collection Uhoda

 

Le sujet de l’œuvre d’Emmanuel Taku porte sur l’être humain et l’identité avec pour message le vivre ensemble. Cet artiste ghanéen combine sa passion pour le portrait et le textile, en associant les deux dans des compositions qui mêlent réalisme et surréalisme. Les motifs peints ressortent des fonds monochromes grâce à des jeux de couleurs vives entre les corps noirs et les vêtements. Sur la peau, Emmanuel Taku colle des fragments de journaux faisant référence aux enjeux politiques des gens de couleur dans la société.

« Pour moi, capturer des corps noirs sous une forme abstraite est une sorte de biais vers une idée du surnaturel – presque comme des super-héros et des super-héroïnes (certains que je connais et d'autres pas). Bien que nos corps soient généralement politisés, je cherche à pratiquer davantage la récupération de notre récit comme beaucoup de grands artistes avant moi en capturant des corps noirs dans une puissante révérence. »

À la fois passionné par l’art oriental traditionnel et par le pop art occidental, Jacky Tsai crée une œuvre au croisement de ces esthétiques et iconographies. Cet artiste chinois trouve une influence massive dans le travail de Roy Lichtenstein et Andy Warhol, qu’il a su combiner avec la culture de son pays. Ouest, est, future, passé : tout est réuni dans la démarche de Jacky Tsai qui développe aussi une dimension politique avec ces supers héros, chantres de la puissance occidentale intégrés dans des situations avilissantes. 

Dans un souci patrimonial, Jacky Tsai utilise également des techniques chinoises d’artisanat qui sont en voie de disparition, à l’instar de Chinese Spa présenté pour AAC #6 et qui est gravé sur bois avant d’être peint à la laque et à la feuille d’or par des artisans chinois. 

Thibaut Wauthion

ENGLISH

The subject of Emmanuel Taku’s work focuses on the human being and the identity to communicate the “living together”. This Ghanaian artist combines his passion for portrait and textile, uniting them both into compositions that involve realism and surrealism. The painted motifs stand out of monochrome backgrounds thanks to a mixture of bright colors between the black bodies and the clothes. On the skin, Emmanuel Taku sticks fragments of newspapers that refer to political issues of people of color in the society.

“For me, capturing black bodies abstractly is a sort of way towards an idea of the supernatural – almost like male and female superheroes (some that I know and others not). Although our bodies are usually politicized, I seek to focus more on the recovery of our story like many of great artists before me capturing black bodies into a powerful reverence.”

Fascinated by both traditional eastern art and western pop art, Jacky Tsai creates a work at the crossroads of these aesthetics and illustrations. This Chinese artist is greatly influenced by Roy Lichtenstein and Andy Warhol’s work. He managed to combine this influence with the culture of his country. West, east, future, past: everything is gathered in Jacky Tsai’s approach. He also develops a political dimension with these superheroes, defenders of the western power integrated into demeaning situations.

For the sake of his heritage, Jacky Tsai also uses endangered Chinese craft techniques applied in AAC #6 artwork Chinese Spa that is engraved in wood before being painted with gloss and gold leaf by Chinese craftsmen.

Thibaut Wauthion