CULTURE ET LOISIR (FREIZEITGESTALTUNG)
Franz Burkhardt, Wolfenbüttel (DE), 1966
Commissaire : Philippe Braem, [by’ro] - Desk for contemporary art 

Rue du Rêwe, 4 

 

Franz Burkhardt, artiste allemand, vit et travaille en Belgique. Il est avant tout dessinateur et « emprunte » ses images dans des maga- zines érotiques, médicaux, scientifiques et techniques d’autrefois. La grande majorité de ses dessins est accompagnée de textes. Ces ajouts textuels agissent, autant sur le fond que la forme, comme commentaires de l’image, tant de détails discrets que dominants.

Klaus Littmann, (Littman Kulturprojekte, Bâle), avec qui Burkhardt collabore souvent, avait déjà remarqué la grande importance de l’écrit dans son œuvre. C’est pourquoi, en 2005, ils publient le livre d’artiste Störungen haben vorrang (ou Les perturbations sont priori- taires) dans lequel on retrouve uniquement des écritures, et ce, sous toutes les formes possibles et inimaginables : bulles de dialogues, gribouillages, mémos, écritures illisibles ou éditées et fragments imprimés...

Ces fragments textuels sont récoltés par Burkhardt chez Duchamp, Gœthe, Adorno et Wittgenstein, mais il utilise aussi des expressions populaires, des mots de détresse et des jurons, souvent en allemand, mais aussi en anglais, français et même espagnol.

Dans son installation Culture et loisir, Burkhardt utilise à nouveau des phrases et formulations. Et tout comme il récupère des matériaux anciens pour les remanier et les convertir en nouvelles œuvres, il réu- tilise ici des dictons et des phrases courantes, des insultes et des citations philosophiques pour mieux les métamorphoser.

Le titre de cette œuvre répond à la dichotomie entre high et low culture, toujours présente dans l’univers de Burkhardt : oscillation entre le sublime et le sérieux évoqués par le mot culture et le carac- tère décontracté et sans engagement du mot loisir.

Philippe Braem 


ENGLISH
 

German artist Franz Burkhardt lives and works in Belgium. He is primarily a draughtsman and « borrows » his images from erotic, medical, scientific and technical magazines of olden times. The vast majority of his drawings are accompanied by texts. These textual additions act both on the form and the content, as a comment of the image, as both discrete and dominant details.

Klaus Littmann, (Littman Kulturprojekte, Basel), with whom Franz Burkhardt often collaborates, had already noticed the great impor- tance of the writing in his work. That’s why they published in 2005 artist book Störungen haben vorrang (or Disturbances are priority) in which we only find writings, and this, in all possible and unimaginable forms : balloons, scribbles, memos, unreadable or edited writings and printed fragments...

These textual fragments were gathered by Franz Burkhardt from Duchamp, Goethe, Adorno and Wittgenstein, but he also uses popu- lar expressions, distress words and swearwords, often in German, but also in English, French and even Spanish.

In his installation Culture et loisir, Franz Burkhardt uses sentences and formulations again. And as he collects old materials to rework them and convert them into new works, he reuses here sayings and common sentences, insults and philosophical quotes to transform them better.

The title of this work responds to the dichotomy between high and low culture, always present in Franz Burkhardt’s universe : oscillation between sublime and serious, mentioned by the word culture and the laid back commitmentless nature of the word loisir.

Philippe BRAEM