TEATRINO
Guiseppe Barillaro (GIBA-GIBA), Mammola (IT), 1981
Artiste sélectionné dans le cadre de l’appel à projets
Rue Hors-Château, 40

Une petite scénographie pour une vitrine désaffectée, une petite scénographie pour une vitrine désactivée.
A travers ce projet, je veux montrer un aspect de mon travail de peintre. Dévoiler une partie de ma recherche expressive, chromatique et technique. La volonté de mettre en évidence les sentiments, les contrastes, les questionnements, de ce qui est ma perception personnelle de la société. De la renvoyer à l’œil du spectateur sans donner des explications ou des réponses, mais au contraire, avec l’intention de questionner.
Un char, un char rose, une rangée de chars en attente de quelque chose de pas défini, une suspension temporelle, un présage inconnu mais imminent. Une parade, un char solitaire, des épaves, un prétexte, un sujet, une fenêtre vers un espace métaphysique, une géométrie imaginaire, où la lumière qui éclaire et recherche des formes et des surfaces, afin de les réverbérer au travers de la couleur.
Donner à voir, un intérieur ordinaire, pour un passant distrait une vitrine de marchand de meuble, une décoration suggérée, mettant en scène les objets d’un quotidien stéréotypé.
Tout est dans les détails, les détournements… Cela ne saute pas aux yeux.
Il faudra prendre le temps du regard qui s’attarde à découvrir, ce qui ne relève pas de l’ordinaire dans cette vitrine réactivée.
Les détournements des motifs des revêtements,
L’emploi de certains objets inattendus dans un intérieur.
Tout sera sous-entendu, évocateur d’événements tragiques dans l’usage des armes.

Giuseppe Barillaro (GIBA-GIBA)


ENGLISH
 

A small scenography for a closed shop window, a small scenography for a deactivated shop window.

With this project, I want to display one aspect of my work as a painter, reveal a part of my expressive, chromatic and technical research. I want to highlight the desire to showcase the feelings, the contrasts, the questionings, of what is my personal perception of society and to pass it on the eye of the spectator without providing explanations nor answers but on the contrary with the intention of questioning.

A tank, a pink tank, a row of tanks awaiting something undefined, a temporal suspension, an unknown but imminent omen. A parade, a lonely tank, wrecks, an excuse, a topic, a window towards a metaphysical space, an imaginary geometry, where the light that illuminates and seeks shapes and surfaces, in order to reflect them through the color.

Showing an ordinary interior, a furniture shop window for an absent-minded observer, a suggested decoration, staging the objects of a stereotyped daily life.

Everything is in the details, the diversions… This is not blindingly obvious.

One will have to take the time to observe and discover what falls outside the ordinary in this reactivated window.

The diversions of the surface motifs,

The use of certain unexpected objects in an interior.

Everything will be implied, evocative of tragic events in the use of weapons.

Giuseppe Barillaro (GIBA-GIBA)