Cheminée
Lucie Marchand, Sedan (FR), 1996

La ville est un lieu physique et humain qui définit des besoins, un environnement et une culture. C’est un lieu complexe qui montre l’organisation d’un espace continuellement en changement, de par l’activité des Hommes face à un contexte donné : un contexte physique, environnemental, économique, social, politique ou encore culturel. Ce milieu urbain est un écosystème à part entière qui interagit en permanence avec ses habitants.

Cette colonne – qui, dans l’imaginaire collectif, ressemble à une grande cheminée et qui peut faire penser au monde rurale comme au monde industriel – est pensée pour évoluer avec le temps. De base constituée/emplie ? de vide, elle va au fur et à mesure se «remplir» de cette matière noire qui est un dérivé du pétrole, le bitume.

Utilisé à la fois sur les toitures comme hydrofuge ou comme liant dans l’asphalte cette matière semble parfaite pour illustrer l’omniprésence oubliée. Je veux rendre cette matière visible et développer sa forme esthétique.

Cette matière qui est figée lorsqu’il fait froid et qui ramollit à température ambiante offre l’opportunité de créer une sculpture évolutive.

La vitrine qui, normalement, sert à attirer les clients et donner un attrait pour ce qu’elle affiche, porte ici des matières noires, sales et malodorantes mais qui sus- citent poétiquement un intérêt sur notre consommation énergétique.

Consommation énergétique car, en son sommet, se cache une ampoule incandescente qui, à l’aide programmateur, vient s’allumer par intermittence. Par cette action, cette ampoule, qui transporte l’énergie, vient faire chauffer le bitume qui est une représentation de l’unité de mesure que l’on utilise comme référentiel mondial en terme d’énergie brut – la tonne d’équivalent pétrole.

Artiste sélectionnée dans le cadre de l’appel à projets
Texte : Lucie Marchand

 

The city is a physical and human place that defines needs, an environment and a culture. It is a complex place that shows the organization of a space that is constantly changing, because of the activity of humans in a given context: a physical, environmental, economic, social, political or even cultural context. This urban environment is an ecosystem in its own right that constantly interacts with its inhabitants.

This column – which, in the collective imagination, resembles a large chimney and which can make us think of the rural world as well as the industrial world – is designed to evolve over time. Initially made up of vacuum, it will gradually "fill" with this dark matter that is a petroleum derivative, bitumen.

This material is used both on roofs as a water repellent or as a binder in asphalt and seems perfect to illustrate the forgotten omnipresence. I want to make this material visible and develop its aesthetic form.

This material, which is frozen when it is cold and softens at room temperature, offers the opportunity to create an evolving sculpture.

The window that normally serves to attract customers and gives an attraction to what it displays, here carries black, dirty and smelly materials that nonetheless poetically arouse an interest in our energy consumption.

Energy consumption because, at its top, hides an incandescent bulb which, thanks to the programmer, comes on intermittently. By this action, this bulb, which carries energy, heats up the bitumen which is a representation of the unit of measurement that we use as a global reference in terms of gross energy – the ton of oil equivalent.