POÈMES URBAINS
Nathalie Man (NM.), Lyon (FR), 1987
Commissaire : Marjorie Ranieri 
Rue des Carmes, 28 

 

Il s’agit tout d’abord d’une envie, celle de sortir la poésie hors des murs. L’abandonner au passant. Mais parier qu’il va lire le poème, qu’il va même le commenter, le raturer, l’arracher ; qu’il va peut-être le ré-écrire. J’avais un projet de thèse sur les écrits urbains (sémiolo- gie/ littérature comparée) dans la tête, alors je me suis dit que j’allais vérifier certaines hypothèses (comme celle de la « théorie de la coo- pération textuelle » d’Umberto Eco).

J’ai voulu rédiger un manifeste, et j’ai pensé à trois critères : * sobriété (des affiches)
* lisibilité (lisible depuis le trottoir d’en face)
* accessibilité (tout le monde peut intervenir sur l’affiche sans escalader quoique ce soit).

Les textes devaient être courts, efficaces. Je collerais n’importe où, n’importe quand. C’est ce que j’ai commencé à faire dans Paris à l’été 2013, et depuis je ne me suis pas arrêtée. Je colle désormais un peu partout où je passe : de Saint-Florent-le-Vieil à Saint-Symphorien en passant par Montevideo, Paris, Berlin, Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Nantes... Vous en trouverez aussi à Le Cap en Afrique du Sud, à Papeete (Tahiti), en Martinique...

Natalie Man

Poétesse, écrivaine et street-artiste, Nathalie Man – alias NM. (#nmpœtesse sur instagram) – affiche son premier poème dans les rues de Paris en août 2013. Elle colle désormais en France et ailleurs sur les murs des villes et villages. Elle est l’autrice de Impressions de Pékin (éd. Les Xérographes, 2014), Le journal d’Elvire (éd. Le bord de l’eau, 2019) et Perceptions (éd. L’éphémère, 2020). Elle mène des animations et des médiations autour de son projet de poésie urbaine avec tous types de publics. 


ENGLISH
 

Firstly, it is a question of desire, a desire of extracting poetry from the walls and leaving it to the passerby. But also betting that he will read the poem, that he will even comment on it, cross it out, tear it out ; that he will maybe rewrite it. I had a project of thesis on urban writings (semiology/comparative literature) in the back of my mind, I then told myself that I would verify certain hypothesis (like Umberto Eco’s “« theory of textual cooperation »).

I wanted to write a manifesto and I thought of three criteria : * sobriety (of the posters)
* readability (readable from the opposite sidewalk)
* Accessibility (anyone can modify the poster without having to climb over anything)

The texts had to be short and efficient. I would stick anywhere, anytime. That is what I started to do in Paris in the summer of 2013 and I haven’t stopped since then. I currently stick everywhere I go : from Saint-Florent-le-Vieil to Saint-Symphorien and Montevideo, Paris, Berlin, Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Nantes... You will also find some in Cape Town (South Africa), in Papeete (Tahiti), in Martinique... Nathalie Man

Nathalie Man, aka NM (#nmpoetesse on Instagram), is a poet, writer and street artist. She sticks her first poem in the streets of Paris in August 2013. She currently sticks in France and elsewhere on the walls of cities and villages. She is the author of Impressions de Pékin (ed. Les Xérographes, 2014), Le journal d’Elvire (ed. Le bord de l’eau, 2019) and Perceptions (ed. L’éphémère, 2020). She carries out animations and mediations around her project of urban poetry with all types of audiences.