NAPOLÉON
Tim Volckaert, Courtrai (BE), 1979
Commissaire : Sandrine Bouillon
Rue de l'Université 20

 

La relation entre l’homme et le paysage constitue un fil rouge reliant les actions, dessins, sculptures, installations, photographies et peintures de Tim Volckaert. Comment l’homme se situe-t-il par rapport à son environnement ? Dans une récente série de tableaux, l’artiste a analysé des portraits typiques de bourgeois infatués s’étant fait représenter devant un décor dont la fonction principale est de souligner leur opulence. Par le passé déjà, il avait déconstruit et corrigé cette dualité dans d’étranges tableaux montrant une fusion harmonieuse entre l’avant- et l’arrière-plan, l’homme et le paysage. Dans ses dernières œuvres, Tim Volckaert poursuit sa réflexion sur la manière dont les structures de pouvoir – l'homme face à son environnement, mais aussi les êtres humains entre eux – sont visibles dans l'histoire.  

La création de semblables portraits à partir de la Renaissance va de pair avec une soif croissante d'expansion et de conquête du monde par les puissances européennes. Dans ces tableaux se glissent nombre de références symboliques à la virilité des personnages. Pensons, par exemple, au célèbre Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard de Jacques-Louis David (1801). 

Napoléon monte un cheval cabré, le doigt pointé en l’air, signe qu’il peut aussi conquérir le ciel. En outre, dans de tels portraits en majesté, les organes génitaux masculins – quoique couverts – sont souvent représentés de manière extrêmement prononcée. Dans son Napoléon, Tim Volckaert, en réalisant un gros plan d’un de ces pantalons renflés et moulants, attire notre attention sur une acerbe vérité : l'histoire (de l'art), et par extension le monde, s’aligne avec force accommodements sur le modèle de l’homme hétérosexuel.  

Tamara Beheydt

ENGLISH
 

The connection between humans and the landscape is a central theme that binds Tim Volckaert’s actions, drawings, sculptures, installations, photographs and paintings. How do humans identify with their environment? In a recent series of paintings, the artist analyzed typical portraits of conceited bourgeois painted in front of a scenery whose main function is to highlight their opulence. In the past already, he had deconstructed and corrected this duality in strange paintings showing a harmonious fusion between foreground and background, humans and landscape. In his last artworks, Tim Volckaert further reflects on the way power structures – humans facing their environment, but also human beings among themselves – are visible in history.

The creation of similar portraits as of the Renaissance goes hand in hand with a growing desire of expansion and world conquest by European powers. In these paintings, the artists added numerous symbolic references to the masculinity of the figures. Let’s think for example of the famous Bonaparte crossing the Great St Bernard by Jacques-Louis David (1801). Napoleon mounts a reared-up horse, his finger pointing up, sign that he can also conquer the sky. Moreover, in such majestic portraits, the male genitals – although covered – are usually dramatically represented. In his Napoleon, Tim Volckaert focuses on one of these bulging and figure-hugging trousers to draw our attention to a caustic truth: the history (of art), and by extension the world, significantly follows the model of the heterosexual man.

Tamara Beheydt